Diocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - AccueilDiocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - Accueil
Donner en ligne

Accueil > Célébrer, prier, étapes de la vie > Communautés > Fils de la Charité

Fils de la Charité

Institut et religieux

Les Fondateurs
Jean-Emile Anizan


Jean-Émile Anizan est né le 6 janvier 1853 à Artenay (Loiret). Il est issu de la petite bourgeoisie de province où son père est médecin.
En juin-juillet 1874, il découvre la vie du Père Planchat et la vocation de la congrégation religieuse des Frères de Saint Vincent de Paul. Il rencontre à Chaville le P. Le Prevost le fondateur des Frères de Saint-Vincent-de-Paul. Le 22 décembre 1877, il est ordonné prêtre dans l’église Saint-Sulpice à Paris. Il sera le vicaire d’Olivet dans la banlieue d’Orléans entre janvier 1878 et juin 1885, période où il déprimera fortement. Il en est de même lorsqu’il officie à Saint-Laurent-d’Orléans (de juin 1885 à juillet 1886) et cela constitue pour celui qui souhaite rentrer chez les Frères de Saint Vincent de Paul pour y servir les plus pauvres, une épreuve spirituelle et pastorale.
En août 1886 l’évêque voyant sa grande dépression et ne voulant pas le sacrifice de cet homme de grande qualité décide de l’autoriser à entrer chez les Frères de Saint Vincent de Paul. En novembre 1887 et jusqu’en janvier 1895, il exercera son ministère dans le quartier de Charonne près de la Place de la Bastille à Paris...
Le 6 août 1914, toujours dans cette volonté d’être au plus prêt des hommes il s’engage comme aumônier militaire bénévole dans la région de Verdun, il n’hésitera pas à braver le danger pour toujours être au plus prêt de ceux qui souffrent.
Benoît XV demande au P. Anizan de fonder une nouvelle congrégation, le pape choisit le nom, "les Fils de la Charité" qui sera fondé le 25 décembre 1918.
Très malade et usé par une vie trépidante, le P. Anizan meurt dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1928 au presbytère du Bon Pasteur à Paris, pas très loin de ce quartier de Charonne qu’il avait tant aimé.

Spritualité


- Avec Jésus, compatir pour les foules populaires
- Recevoir de l’Esprit la folie de la Charité
- S’abandonner entre les mains du Père
A la suite de Jésus-Christ, nous vivons en petites communautés de prière et de fraternité pour l’annonce de l’Evangile dans les banlieues populaires.

" Aimer, je ne me sens fait que pour cela. "Religieux laïcs et prêtres, nous faisons l’expérience d’une rencontre unique : celle du Dieu de l’Alliance qui n’abandonne jamais ceux qu’il aime et se tient au cœur de chacun comme un veilleur.
L’amour, fruit de l’Esprit Saint, nous fait partager la vie des hommes de ce temps, leurs espoirs et leurs angoisses ; il nous presse de leur faire rencontrer et aimer Dieu qui nous a aimés le premier.

" Si le monde est sauvé, ce sera par la charité ".Par notre vie et par nos paroles, nous sommes appelés à faire connaître aux pauvres et aux déshérités la Charité de Dieu, c’est-à-dire son Amour.

" Il n’y a que l’Amour qui puisse tirer quelque chose de bon de moi ".Cette existence nous rend libres et heureux. Malgré notre faiblesse, avec nos blessures, Dieu nous fait confiance, il veut avoir besoin de nous.
Qui répondra aujourd’hui à son appel ?

" Mon Dieu, je brûle de vous aimer... Je porte le désir que le monde s’embrase d’un tel amour ".Le Père Emile Anizan (1853-1928)
Fondateur des Fils de la Charité


Dans les banlieues... Nous aimons ces peuples aux mille couleurs. Nous vivons des mêmes tendresses, des mêmes violences, des mêmes espérances.
Dans les banlieues, nous marchons sur des débris et des semences. On voit souvent les débris. Demain viendra si nous savons voir les semences...
Nous croyons à demain !

" Il appelle ceux qu’il voulait. Ils vinrent à lui et il en établit douze pour être avec lui et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les démons " (Mc 3/13-15).

Etre avec lui parce qu’Il nous a choisis, envoyés ensemble au peuple des petits, des pauvres, des travailleurs, des migrants et de leurs familles, leur donner " l’intelligence du christianisme " et, par là même, contempler le mystère du Christ qui vit dans leur cœur, c’est une autre façon d’exprimer la passion de notre fondateur, le Père Anizan, lorsqu’il avouait qu’il était pris par " le mal de Dieu et le mal du ministère du peuple ".

Il y a un certain bonheur à montrer par nos choix que chacun des habitants d’une cité difficile a du prix pour nous - et pour Dieu -, que leur abandon n’est pas complet et que le respect mutuel peut être une alternative à la violence. La vie communautaire (ou vie d’équipe) est ainsi un acte missionnaire, l’acte premier de la Charité de Dieu.

Communauté en Essonne


Notre institut n’a que quatre vingt ans et il est présent en 14 pays, autant dire qu’il est en fondation, et nous trouvons à cela un certain charme, celui de l’aventure et de l’invention, celui du regard toujours neuf et de l’émerveillement, celui, original encore, du parti pris de l’espérance.

Les Fils de la Charité sont présents sur quatre continents :Brésil - Colombie - Cuba - Mexique - Québec - U.S.A. - Congo - Côte d’Ivoire - République Démocratique du Congo - Espagne - Portugal - Philippines.

Une équipe des Fils de la Charité est présente à la Grande Borne de Grigny, depuis 1991.
Unique en Essonne, la communauté est composée des trois frères, Gérard Marle, Pierre Jourdanne, en lien avec la communauté portugaise de Ris Orangis et accompagnateur à la maison d’arrêt de Fleury Mérogis, et Michel Franco, intégré à la vie de la Grande Borne.
Présents dans 12 pays et 4 cnontinents, les Fils de la Charité sont 176 dans le monde, dont 94 en France répartis en 19 communautés implantée dans 13 départements.
En majorité dans des paroisse populiare, les prêtres peuvent aussi êtres prêtres ouvriers. 47 jeunes sont actuellement en formation dans le monde.

Fraternité
La Fraternité Anizan

Des hommes et des femmes veulent suivre le Christ et vivre l’Evangile ensemble, à la manière du Père Anizan, fondateur des Fils de la Charité. Investis dans les milieux populaires et les cités des banlieues ou ZUP, ils trouvent leur inspiration auprès de cet homme plein de Dieu et de la vie des gens du peuple.
Ils veulent vivre un évangile de miséricorde et de compassion auprès de déshérités, comme Jésus évangélisant les foules. Ils le font à travers leur vie de tous les jours famille, travail, quartier, engagement, paroisse… La Fraternité est un lieu de prière, de parole et d’écoute. Elle offre un chemin de vie spirituelle. Sa raison d’être est la Charité de Dieu à accueillir et à vivre.
Par décret du 15 janvier 2007, Monseigneur Gérard Daucourt évêque du diocèse de Nanterre , diocèse du siège de la Fraternité Anizan à Issy les Moulineaux, a reconnu la Fraternité Anizan comme une association privée de fidèles selon les canons 299 §1 et 299 §3, lui donnant ainsi une meilleure légitimité ecclésiale. C’est une Association de laïcs, autonome dans sa vie et son fonctionnement Liée aux Fils de la Charité elle tire son origine du même appel de l’Esprit et participe à une histoire commune.
Une dizaine de Fraternités existent en France.

Mieux connaître la fraternité Anizan

Contacts


- Adresse de la Communauté en Essonne
Communauté Fils de la Charité
24 rue Dédale, appt 3130
91350 Grigny
Tél. 01 69 96 01 28
Fax : 01 69 21 69 00
- Adresse Maison générale et régionale des Fils de la Charité
10 rue Louis Blanc, appt 106
75010 Paris
Tél. : 01 42 01 95 27 - Mail
Site

Actualités
Adieu au Père Henri Bourdiec décédé le 17 janvier 2009 et ancien prêtre de Paray-Vieille Poste de 1966 à 1979.
Lire

La nuit des églises à Étampes

La Croix