Contact S'identifier
Diocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - AccueilDiocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - Accueil

Catholiques en Essonne

Donner en ligne

Accueil > Culture, Tourisme et Patrimoine > Découvrir les églises du diocèse > Forges-les-Bains Notre Dame de l’Assomption de la Vierge

Forges-les-Bains
Notre Dame de l’Assomption de la Vierge

Forges les Bains fut une station thermale célèbre au 19ème siècle, L’exploitation de ses eaux réputées pour leur action contre les rhumatismes fut arrêtée en 1940.

La construction de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption-de-la-Vierge fut terminée au 13ème siècle. Très endommagée pendant la guerre de cent ans, elle fut restaurée au 15ème et 19ème siècle.
On retrouve des vestiges de style roman dans le chœur ogival qui est terminé par un chevet plat éclairé par trois fenêtres en plein cintre. Le clocher date également du 13ème siècle.

L’entrée de l’église se fait par la porte latérale sud de style flamboyant abritée par un porche "caquetoire".
Sur le portail du 15ème siècle, on distingue un blason entouré de la toison d’or et d’une guirlande de rats (Michel Rat fut seigneur de Forges en 1482 ?).
Le mobilier est très riche, une statue en grès du 14ème siècle de la Vierge à l’oiseau restaurée en 1989. l’autel et le retable de la vierge (18ème siècle) ont été restaurés. Un petit bénitier est décoré des armes des Le Musnier et des Le Jariel, seigneurs de Forges (17ème siècle).

JPEG - 30.6 ko
Vierge à l’Enfant
JPEG - 30.5 ko
Assomption
JPEG - 15.3 ko
Vierge à l’oiseau

De chaque côté du portail se trouvent cinq pierres tombales (16 et17ème siècles) des familles Le Baillon et Le Jariel. La litre funéraire aux armes de la famille de Lamoignon date du 18ème siècle.

- Site de l’association des amis de Forges les Bains
- Site de la paroisse

Comment faire durer mon couple ?
en lien avec le synode sur la famille à Rome
Une vidéo du Jour du Seigneur En 2 minutes, le P. Cédric Burgun, prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, vous délivre sa recette de l’amour durable, inspirée du pape François. 3 ingrédients suffisent !

La Croix