Contact S'identifier
Diocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - AccueilDiocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - Accueil

Catholiques en Essonne

Donner en ligne

Accueil > Actualité, agenda, événements > Editos > Message de carême Quarante jours pour se réveiller !

Message de carême
Quarante jours pour se réveiller !

Le baptême nous rend participant de la mort et de la résurrection du Christ, il inaugure l’aventure joyeuse et exaltante des disciples que nous sommes.
Chemin faisant, pour chacun d’entre nous comme pour nos communautés, le sel de nos vies a pu s’affadir.
Dans son message de carême, le pape François nous rappelle que « Si nous ne tendons pas continuellement vers la Pâque, vers l’horizon de la Résurrection, il devient clair que la logique du “tout et tout de suite”, du “posséder toujours davantage” finit par s’imposer »… « Quand on abandonne la loi de Dieu, la loi de l’amour, c’est la loi du plus fort sur le plus faible qui finit par s’imposer ». Une logique qui « conduit à l’exploitation de la création, des personnes et de l’environnement, sous la motion de cette cupidité insatiable qui considère tout désir comme un droit et qui, tôt ou tard, finira par détruire même celui qui se laisse dominer par elle ».

Quarante jours nous sont donnés pour nous réveiller de notre sommeil, pour raviver le don qui nous a été fait et retrouver le goût et le dynamisme de la foi de notre baptême.
Comme tous les ans, le carême nous propose des moyens traditionnels à vivre personnellement, en famille, en communauté.

  • Le jeûne est une invitation à alléger nos vies de ce qui les encombre, à maîtriser et diminuer notre logique d’avoir et de consommation pour entrer dans la logique du don et de l’amour. Savoir renoncer pour se rendre accueillant à la présence de Dieu au plus intime de nous-même comme dans la vie de ces petits qui sont ses frères. Le jeûne consiste à « changer d’attitude à l’égard des autres et des créatures : de la tentation de tout “ dévorer ” pour assouvir notre cupidité, à la capacité de souffrir par amour, laquelle est capable de combler le vide de notre cœur » (Pape François).
  • L’aumône, le partage est une invitation à nous décentrer de nous-même et à ne pas séparer ce que Dieu a uni : « tu aimeras le Seigneur ton Dieu et ton prochain comme toi-même. » C’est un moyen de « se libérer de la sottise de vivre en accumulant toute chose pour soi dans l’illusion de s’assurer un avenir qui ne nous appartient pas. Il s’agit ainsi de retrouver la joie du dessein de Dieu sur la création et sur notre cœur, celui de L’aimer, d’aimer nos frères et le monde entier, et de trouver dans cet amour le vrai bonheur ». C’est se faire « proches de nos frères et sœurs en difficulté en partageant avec eux nos biens spirituels et matériels » (Pape François).
  • La prière est notre écoute et notre réponse aux sollicitations du Seigneur de nos vies, qui retentissent en particulier dans le livre des écritures. C’est la méditation de la Parole de Dieu pour en vivre et nourrir la vie de foi de notre baptême : les évangiles des dimanches de carême, le récit de la passion, les lectures de la veillée pascale sont des textes à méditer en ce temps de carême. La prière permet « de savoir renoncer à l’idolâtrie et à l’autosuffisance de notre moi, et reconnaître qu’on a besoin du Seigneur et de sa miséricorde ». (Pape François)

Il s’agit bien en ce carême de renouveler notre vie de baptisé en accueillant et en vivant à la de façon de l’amour du Christ. Véritable chemin catéchuménal que nous vivrons avec nos frères et sœurs catéchumènes qui le découvrent avec fraîcheur et nouveauté. Je célébrerai l’appel décisif aux sacrements de l’initiation chrétienne de 128 adultes le 10 mars, premier dimanche de carême, en l’église Sainte-Thérèse à Savigny-sur-Orge.

Au milieu de nous et avec nous, ils vivent en ce carême un temps favorable à un réel chemin de conversion. Découvrant qu’en Jésus le Christ, Dieu est proche d’eux et les aime. Ils découvrent en même temps qu’ils ne peuvent fonder leur vie sur Dieu et s’attacher librement à lui, sans renoncer à des attaches antérieures qui les replient sur eux-mêmes et les gardent captifs. C’est bien ce qu’exprime le triple renoncement qui précède la profession de foi baptismale et son renouvellement :

  • Renoncez-vous aux séductions du monde, elles étouffent la Parole de Dieu semée en vous ? Je renonce.
  • Renoncez-vous au péché, il empêche la Parole de Dieu de porter du fruit ? Je renonce.
  • Renoncez-vous à Satan, votre ennemi, il sème l’ivraie au milieu du bon grain ? Je renonce.

Bonne marche vers Pâques !

+ Michel Pansard
Évêque d’Évry-Corbeil-Essonnes
Mgr Michel Pansard
En août, le pape François appelle à prier pour les familles
La Croix