Contact S'identifier
Diocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - AccueilDiocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - Accueil

Catholiques en Essonne

Donner en ligne

Accueil > Actualité, agenda, événements > Archives, documents, reportages > Mémoire d’événements... > Ordination presbytérale de Séraphin Mbida

Ordination presbytérale de Séraphin Mbida

Dimanche 23 juin
15h, cathédrale de la Résurrection, Évry.

Présentation de Séraphin Mbida

Je suis né le 27 août 1976 à Yaoundé capital du Cameroun. J’ai eu la grâce de grandir dans une famille chrétienne catholique où le dimanche était vraiment un jour consacré au Seigneur. C’est donc avec joie que, très tôt, j’ai pris l’habitude d’aller à la messe le dimanche.
Pour notre scolarité, mes parents nous avaient inscrits, ma petite sœur et moi, à saint Charles Lwanga, une école primaire catholique de notre quartier. Nous y avions donc hebdomadairement un cours de catéchèse. Et c’est dans cette école, que,vers l’âge de 11 ans, est né en moi le désir de suivre le Christ et de le servir. C’est précisément lors d’une journée de recollection qu’a commencé à germer en moi l’idée de devenir prêtre.
Le père Jean-Pierre Rognon, prêtre de la communauté du Sacré-Cœur et aumônier de notre école, avait organisé une journée de recollection pour les CM1et CM2 de notre école. Au terme de cette journée pendant laquelle nous avions beaucoup joué, écouté la parole de Dieu, regardé un film sur les martyrs de l’Ouganda et célébré l’Eucharistie dans la nature, tous les jeunes étaient repartis chez eux très souriants et heureux. Cette image de bonheur m’avait beaucoup marqué et je m’étais dit dans mon cœur d’enfant, j’aimerais bien faire le même travaille que ce prêtre : conduire les hommes à la vraie source de joie et de bonheur qu’est Dieu.
C’est ainsi qu’après le CEP, j’avais insisté auprès de mes parents pour continuer mes études dans un petit séminaire. On m’avait dit effet que, si je voulais faire le même travail que le père Jean-Pierre Rognon, c’est là-bas qu’il fallait aller pour me former. Cependant, après mon baccalauréat, je n’ai pas continué au grand séminaire comme nombre de mes camarades. J’étais plutôt allé à l’université pour des études de sciences économiques. Très vite ce désir qui était né en moi à l’âge de 11 ans a refait surface et de manière plus forte encore. Et il me semblait entendre dans ce désir l’appel de Dieu à le suivre. Je m’étais rapproché d’un prêtre qui m’avait aidé à me poser les bonnes questions. J’avais, en outre, multiplié des retraites dans une communauté religieuse, communauté dans laquelle j’entrerai deux années plus tard.
J’ai donc rejoint la communauté Saint-Jean au Cameroun en 2000. J’y ai passé près de dix ans. Là, j’ai reçu une bonne formation humaine, religieuse et intellectuelle, c’est-à-dire quatre années de philosophie et presque autant d’année de théologie. C’est dans le cadre de cette formation que je suis venu en France 2002.
En 2010, ayant beaucoup discerné avec mon père spirituel, j’ai demandé à partir de la communauté Saint-Jean pour rejoindre le diocèse d’Évry. Après plusieurs rencontres et échanges épistolaires avec Monseigneur Dubost, j’ai rejoint le diocèse et j’ai été accueilli à Athis-Mons à la Maison St Robert en insertion pastorale sur le secteur du Val de Seine. J’ai aussi été inscrit à l’Institut Catholique de Paris pour poursuivre des études en théologie des pratiques, spécialisation en pastorale catéchétique.
Depuis septembre dernier, je poursuis avec joie mon insertion pastorale sur le secteur Arpajon-Les Trois Vallées. Membre de l’Équipe Pastorale de Secteur et du conseil pastoral du secteur, je suis entre autre engagé dans l’aumônerie de l’enseignement public auprès des jeunes du second cycle. J’accompagne aussi les confirmands et plusieurs équipes sur le secteur : la pastorale des peuples, la pastorale de la santé. J’assure aussi l’éveil à la foi auprès des plus petits à Boissy-sous-Saint-Yon. Et au-delà de tout cela je poursuis mes études à l’Institut Catholique de Paris.
Il y a quelque temps, j’ai reçu de l’évêque l’appel au ministère diaconal, et dans mon cœur est monté le magnificat de la vierge Marie et notamment cette phrase : « Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent »(Lc1, 50). C’est donc en premier lieu comme une miséricorde qui m’est faite que je reçois cet appel au diaconat. Je souhaite donc que la célébration de mon ordination diaconale soit avant tout une célébration de la miséricorde de Dieu. C’est pour cela nous avons voulu que cette ordination se fasse le 15 Avril prochain qui est aussi le dimanche de la miséricorde.
Je me confie donc fortement à vos prières et j’assure chacun et chacune de la mienne. Puisse le Dieu riche en miséricorde rendre nos cœurs semblable au sien.

Retour sur l’odination diaconale de Séraphin, en avril 2012.

#Synode2018 : à toi de participer !
La Croix