Votre Diocèse

Actualités

Paroles de catéchumènes
General

Paroles de catéchumènes

En ce temps pascal, voici quelques témoignages de catéchumènes dont le baptême était prévu à Pâques dernier. Ils n’ont pas eu lieu en raison du confinement. Prions pour eux afin que ce temps d’attente porte des fruits.

Un matin tout s’est arrêté !
Il y a quelques mois, j’avais demandé à DIEU de m’aider à trouver un travail qui me sied avec des heures qui me permettraient de m’occuper de mon fils pour pouvoir passer du temps avec lui. Au début je me disais : « Seigneur, tu tardes à répondre alors que je fais tout ce qu il faut, comme il faut … ». Le confinement m’a permis de savoir pourquoi il mettait du temps, il m’a accordé cette faveur, mais ce virus m’a fait arrêter un mois après. Il tardait tout simplement parce qu’il savait que tout allait s’arrêter, il savait qu’il fallait redéfinir nos priorités en faisant de notre semblable la priorité et surtout en respectant l’environnement dans lequel nous vivions avec arrogance où les plus forts étouffent les plus faibles. Cet arrêt m’a permis de comprendre que rien ne dépend de moi, qu’il dispose de mon être et qu’il mettra en place tout ce qu’il a prévu. J ai commencé donc à réfléchir à ce qu’il aurait aimé que je fasse dans ce monde qui va vite et où les plus vulnérables sont oubliés, abandonnés, dans ce monde où nous n’avons le temps de rien, où nous courons vers des choses inutiles alors que le Seigneur nous demande d’aller à l’essentiel, à savoir aimer les autres, à partager le peu que nous avons avec eux, à lui exprimer notre gratitude pour tout ce qu’il nous accorde au quotidien alors que nous ne le méritons pas.
Ce confinement m’a rapprochée davantage de lui, je me suis complètement abandonnée à lui afin qu’il fasse de mon être une source intarissable de joie pour les autres. Je l’ai vécu comme une renaissance, aujourd’hui je suis plus attentive à mon environnement immédiat, apte à aider, apte à prier pour les autres, apte à écouter leur silence et leur absence qui parfois en dit long sur les peines qui les asphyxient.
Je rends grâce pour cette parole que j’ai reçue en songe : « Seigneur ta grâce est sûre »
Le Seigneur voudrait que nous soyons reconnaissants de toutes ces grâces qu’il nous accorde au quotidien sans que nous ne daignions lui exprimer notre gratitude et que nous arrêtions de nous inquiéter car il fait toute chose en son temps.
Rendons gloire à DIEU.

Adeline
En route vers la Confirmation
Secteur de Corbeil-Saint-Germain

************************************************************************

Je n’étais pas bien, angoissée, un peu perdue. Ma fille venait de naître et j’avais peur pour elle.
Après avoir suivi la messe d’Étampes sur Facebook, messe des Rameaux, avec Danielle mon accompagnatrice, nous avons échangé sur la passion du Christ. Là, j’ai compris qu’il était mort pour nous, pour moi.
Avant, j’avais beaucoup de doutes ; je me demandais si Dieu était avec moi, je le cherchais.
Ensuite, l’Évangile de Jean 20, 1-9, le jour de Pâques, me rassura par cette phrase : « il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts ».
Marie Madeleine a été la première à croire en la résurrection de Jésus et Jean aussi a cru.
Ça m’a réveillée, je devais croire moi aussi et m’enlever toutes ces idées qui m’éloignaient de Jésus. Ça m’a apporté une paix intérieure pour continuer mon chemin vers Dieu.
Depuis, je demande pardon au Seigneur d’avoir douté et je lui demande de fortifier ma foi.

Pélagie
en première année de cheminement vers le baptême.
Secteur d’Étampes

DANIELLE, son accompagnatrice.
Après 2 semaines, sans la messe dominicale, les échanges avec les autres paroissiens, scotchée aux informations déprimantes des médias, presque plus de prières profondes, je pense que j’étais désorientée.
Après avoir travaillé l’évangile des Rameaux avec ma catéchumène. Je me suis calmée. J’ai identifié mon mal être, j’avais un manque, j’avais besoin de mon prochain, et je devais me remettre sur le Chemin et faire confiance à DIEU.
J’ai recommencé à suivre les divers offices religieux sur internet, les chants religieux.

************************************************************************

Le 11 Avril 2020, jour de la Vigile Pascale, devait être le jour où je recevais les sacrements du Baptême, de la Confirmation et de l’Eucharistie. Moment désiré et attendu depuis 2 ans.
J’avais vécu la Vigile Pascale 2019 avec les scouts. Ce fut mémorable.
Cette année, cela devait être mon tour de recevoir les sacrements de l’initiation devant toute l’assemblée. Malheureusement, à cause de l’épidémie, cela a été reporté.
J’en ai été très triste d’autant que j’ai eu mon lot d’épreuves au cours de l’année écoulée : le diagnostic et la progression dévastatrice de la maladie de ma mère puis ses derniers instants à ses côtés jusqu’à ce qu’elle rende son dernier souffle. Vivre cela a été une blessure qui restera à jamais graver dans mon âme.
Avec la grâce du DIEU, qui a été présent à chaque instant à mes côtés et m’a fortifiée, avec la prière qui est si puissante, j’ai trouvée en moi une force triomphante.
À travers la Vigile Pascale, j’espérais être libérée de mon fardeau et recevoir des bénédictions.
Néanmoins, j’accomplirais mon engagement que j’ai fait envers le Seigneur et moi-même, tout en continuant de nourrir mon âme qui a soif de connaissance, de sagesse et d’amour.
Le CHRIST m’en est témoin et est mon identité.
Je reste en cheminement.
Bonnes fêtes de Pâques.

Sabrina,
secteur pastoral d’Évry

************************************************************************

Pour ma part, je suis forcément déçu de ne pouvoir célébrer le baptême lors de la veillée Pascale. Mais cela n’enlève en rien le plaisir que j’ai eu de vivre ces moments (même à distance. Ils m’ont galvanisé dans ma foi.
Je ne suis pas déstabilisé, bien au contraire. Vivre ce moment sans la préoccupation du baptême, m’a concentré sur la résurrection. Je suis heureux d’avoir pu le vivre comme tel, sans « diluer » mes émotions entre Baptême et Résurrection. Dieu est là, l’Esprit Saint travaille avec moi.
2020 est une grosse année de changements pour moi, c’est déjà un cadeau d’avoir pu vivre ce moment chrétien dans ce confinement, à travers les facebook live et réunions en visio-conférences, et je ne me sens ni lésé, ni triste. Le baptême viendra…
Je fais souvent la comparaison suivante : je suis ceinture noire de Taekwondo, mais la ceinture noire n’est pas une fin en soi, c’est simplement le début d’un peu plus d’autonomie dans la pratique des arts martiaux, et le baptême est à considérer de la même façon selon moi, ce n’est pas une fin en soi ni un « permis de croire ». Je regarde le ciel et j’inspire profondément, l’Esprit Saint est là, alors on avance !
J’ajoute tout de même une petite pensée pour ceux qui « attendent » vraiment le baptême de longue date, ce qui n’est pas mon cas.

Nicolas
secteur de Palaiseau

************************************************************************

Catherine, du secteur pastoral de la Vallée de l’Yvette, écrit son témoignage avant la veillée pascale.

Je vous partage ma grande et profonde joie en ce jour de la vigile pascale : le Seigneur nous accorde, à nous catéchumènes, du temps pour savourer notre carême à la veille du baptême.
Dieu ne cesse de nous appeler et de nous amener à accomplir son œuvre.

Alors que nous sommes au sommet de la vague épidémique, je suis mobilisée au front en tant que médecin pour travailler dans mon hôpital. J’ai répondu à l’appel du Christ de continuer à accomplir mon œuvre le soir de la vigile pascale en étant de garde auprès des malades Covid et de leurs familles.
La nuit de mon baptême sera donc marquée d’une croix rouge, celle de l’hôpital, et de ma blouse blanche, en signe de vêtement blanc.

Je resterai loin de ma famille et de vous, mes frères et sœurs en Christ, mais tellement proches dans la prière. Je ne crains rien avec l’aide et l’appui du Seigneur.

Christ n’a jamais été aussi vivant que maintenant. Il nous envoie son esprit saint pour nous prendre dans ses bras et chaque jour il touche nos cœurs et nous remplit d’un amour infini.

Je vous partage cette parole que j’avais écrite il y a tout juste 2 ans, inspirée de Simone Weil, philosophe et chrétienne :
« La foi est bien plus qu’aimer Dieu. Car si l’on est aimé du Christ, ce n’est pas pour aimer Dieu mais pour nous aimer nous, et entre nous. »

Ma prière :

  • Que Dieu vous donne la force et le courage de continuer à bien rester chez vous car toutes les fois où vous n’êtes pas sortis, sachez que vous avez sauvé des vies et soulagé les équipes médicales.
  • Que Dieu apporte la paix et le repos aux familles endeuillées, et à vous qui souffrez de l’isolement et du stress dans ce contexte.
  • Que Dieu apporte la guérison aux malades, à ceux qui sont infectés par le COVID et aussi aux autres malades qu’on ne voit plus dans les hôpitaux.
  • Que Dieu vous protège mes frères et sœurs. Restons unis.
    Catherine (Yvette-Orsay)
    Médecin
Actualités du Diocèse

La Newsletter

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.