Votre Diocèse

Actualités

Christophe Sonzogni sera ordonné diacre le 23 juin
Diaconat permanent

Christophe Sonzogni sera ordonné diacre le 23 juin

Dimanche 23 juin, Monseigneur Pansard ordonnera Christophe Sonzogni diacre permanent en l’église Sainte-Thérèse de Savigny-sur-Orge (10h30)

Témoignage du futur diacre

Je suis Christophe SONZOGNI. J’ai 54 ans et je serai ordonné diacre permanent le 23 juin 2024 à Savigny sur Orge, en l’église Sainte Thérèse, par Monseigneur Pansard.

Mais avant de parler de moi, laissez-moi vous parler de toutes ces personnes dont on ne parle jamais et qui sont à l’origine de ma vocation. Je sais combien ces personnes sont importantes. Je sais qu’elles portent notre église, sûrement en l’ignorant. Je les vois réciter le chapelet ou prier en silence. Je les vois écouter les autres à la sortie de la messe, toujours avec un grand sourire. Je les vois apporter des fleurs pour les poser discrètement au pied d’une croix ou d’une jolie statue. Oui, c’est à eux d’abord et à bien d’autres ensuite que je dois ma conversion et mon cheminement vers le diaconat.

Quelques mots sur moi…

Je suis né en 1970 à Dugny (93). Baptisé enfant, je n’ai eu aucune éducation religieuse, mais j’ai reçu tout l’amour dont a besoin un enfant pour grandir : l’amour d’un père, d’une mère et d’une petite sœur née deux ans après moi… J’ai tout reçu, enfin presque… Il me manquait la « Rencontre » avec le Christ, celui que je cherchais, comme Saint Paul, en le persécutant, ou plus exactement en persécutant les pauvres chrétiens que je rencontrais par hasard et à qui j’expliquais avec des arguments répétés (que je trouve simplistes aujourd’hui), pourquoi croire était absurde.

A 21 ans, je rencontre Laurence, qui comme moi, n’est pas croyante. Nous tombons amoureux mais sans vouloir ni l’un ni l’autre nous engager ensemble.

A 24 ans, après une conversion fulgurante, je me lance dans un parcours de catéchuménat pour recevoir l’eucharistie et la confirmation. J’ai tout reçu, enfin presque… Laurence me voit changer sans comprendre. Et puis, là encore, sans rentrer dans les incroyables détails, Laurence se convertit. Nous décidons alors de nous marier religieusement. Nous avons tous les deux 26 ans.

Je pense déjà au diaconat. Mais c’est bien trop tôt. De notre mariage, le Seigneur nous donnera 4 beaux enfants : Antoine en 1998, Thomas en 2000, Héloïse en 2001 et Matthieu en 2003. Nous rentrons dans les Equipes Notre-Dame pour découvrir ce qu’est un couple chrétien, une famille chrétienne. Nous faisons de belles rencontres. Je parle toujours du diaconat. Mais ce n’est pas encore le moment.

Entre le travail et les enfants, nous manquons de temps pour les autres. Je vois toujours ces personnes dévouées au service des autres, qui servent avec humilité leurs frères et sœurs en humanité, sans chercher ni remerciements ni une quelconque reconnaissance. Je les vois et leur foi me transperce le cœur.

Nos enfants en grandissant, nous permettent de donner un peu de notre temps aux autres et à l’église qui nous a tant donné. Nous nous engageons dans différents services au fil des ans. Nous travaillons en équipe, d’abord pour la préparation aux baptêmes, plus récemment pour la préparation aux mariages, nous accompagnons régulièrement nos frères et sœurs handicapés à la messe… Je m’engage à l’équipe animatrice, Laurence s’engage dans l’organisation du Pèlerinage des mères de famille de l’Essonne, et depuis cette année, nous nous occupons ensemble d’un groupe de jeunes de l’aumônerie, que nous accompagnerons en mai 2024 au Frat de Jambville.

Et le diaconat…

Entre temps, j’ai été appelé au diaconat par l’église. J’attendais cet appel depuis bien longtemps. Après une année de pré-discernement, un long cheminement a commencé : 5 années de préparation pendant lesquelles Laurence m’a accompagné. 5 belles années pour apprendre avec de bons professeurs et de patients accompagnateurs. 5 années pour rencontrer de grands frères en diaconat (qui sont mes modèles aujourd’hui), des frères de la même promotion qui seront ordonnés bientôt (je pense à Vincent avec qui j’ai fait toute ma préparation et qui sera ordonné le 1er juin) et à tous les petits frères qui arrivent derrière. Sur ce chemin, avec Laurence, nous n’avons jamais été seuls. Toute une équipe avec notamment le Père Emmanuel Bidzogo a été à nos côtés. Comment les remercier ? Durant ce temps, j’ai appris que j’avais encore beaucoup de choses à apprendre. Depuis peu, je sers à la messe en portant une aube. J’ai vite vu que le costume était trop grand pour moi. J’ai expérimenté alors que Dieu n’appelait jamais les meilleurs parce que les meilleurs pensent qu’ils n’ont pas besoin de Dieu. Moi, je ne peux pas vivre sans Lui.

Et maintenant…

Tout ceci n’est qu’un très bref résumé d’une vie où j’ai tellement reçu. Ce qui ne m’a jamais quitté c’est la fidélité à la prière. Depuis ma conversion, il n’y a eu aucun jour sans ce temps de rencontre avec notre Seigneur. Impossible pour moi de vivre sans Lui. J’ai besoin de cette rencontre quotidienne. J’ai besoin de sa parole. J’ai besoin de ses sacrements.

Le 23 juin, Monseigneur Michel Pansard m’ordonnera (si Dieu le veut) diacre permanent. Je recevrai ce sacrement en pensant, encore une fois, à toutes ces personnes humbles qui font tant pour les autres. Elles seront et resteront un modèle pour moi. Un diacre est d’abord un serviteur.

J’ai une infinie reconnaissance pour toutes les personnes qui m’ont accompagné, qui m’ont conseillé, qui ont prié pour moi et Laurence. Avec Laurence, nous aurons encore besoin de vous.

Dans les personnes qui nous ont touchés, accompagnés et aimés, nous n’oublions pas celles qui ne sont plus de ce monde. Elles sont avec le Seigneur et je l’espère se réjouissent de cette ordination à venir, comme de toutes les ordinations.

Enfin, je rends grâce au Seigneur pour ce chemin, ces belles rencontres, et en particulier la rencontre avec Laurence, mon épouse, qui m’accompagne toujours et partout, y compris sur ce nouveau chemin vers l’inconnu du diaconat.

Le Seigneur nous appelle à le suivre, chacun à sa manière, chacun selon sa vocation propre… Tous différents mais ensemble, en Eglise.

Actualités du Diocèse

La Newsletter