Contact S'identifier
Diocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - AccueilDiocèse d'Evry - Corbeil Essonnes - Accueil

Catholiques en Essonne

Donner en ligne

Accueil > Actualité, agenda, événements > Homélies > Homélie célébration de l’appel décisif Dimanche 10 mars 2019

Homélie célébration de l’appel décisif
Dimanche 10 mars 2019

« Jésus fut conduit par l’Esprit-Saint à travers le désert ». Chers catéchumènes, comme Jésus laissez-vous conduire par l’Esprit dans cette ultime étape vers le Baptême, dans la plongée dans la mort de Jésus c’est-à-dire dans la vie donnée pour vivre désormais du dynamisme de sa résurrection, du dynamisme de son Esprit, de cette vie donnée qui porte du fruit. Et vous les déjà baptisés préparez-vous à vivre le renouvellement de votre foi baptismale.
L’Esprit-Saint, le souffle même de Dieu, nous pousse un peu à la manière dont le vent pousse le voilier. Pour que l’action du vent fasse avancer le bateau, il est nécessaire que le marin tende les voiles… et quand les voiles sont en place, c’est encore au marin de tenir le gouvernail.
Autrement dit, l’action de l’Esprit-Saint, a besoin que nous nous disposions à la recevoir, que nous le laissions faire. D’autre part, cette action de l’Esprit-Saint ne nous enlève pas la responsabilité de la conduite de nos vies. Bien au contraire ! Personne d’autre, pas même Dieu, ne prend la barre et la conduite de nos vies. L’Esprit de Dieu ne marche pas à notre place, il nous entraîne, il nous soutient, il nous fait marcher.

Les 126 lettres que vous m’avez adressées, véritable livre de plus de 250 pages, évoquent à la manière du livre du Deutéronome, comment une lumière, la lumière de la foi, a éclairé toutes vos histoires de vie ; non seulement le chemin à venir que vous entrevoyez, mais aussi ce long chemin parfois chaotique qui a été le vôtre jusqu’à aujourd’hui. Longs chemins d’hommes et de femmes ayant connu bien des souffrances, des peines et des joies, assoiffés de vie. Nos vies d’hommes et de femmes, nos vies de croyants, ressemblent à une longue marche au désert où notre désir de vivre vraiment, d’être heureux, est éprouvé, mis à l’épreuve.
Sur le chemin de vos vies, grâce à des témoins (une grand-mère, un mari, une épouse, des collègues de travail, un frère, votre petit enfant, un sourire, une célébration, …..) vous avez expérimenté une nouvelle lumière dans votre vie. De la ferveur, des changements, de l’amour, de la paix et du pardon l’emportant sur la haine et le repli sur soi … sont apparus dans vos vies, vous vous êtes laissés « pousser par l’Esprit-Saint », vous avez pris les moyens de prendre le vent même si vous ne le sentiez pas. L’Esprit-Saint nous le découvrons non pas « avant d’agir, mais après », quand nous avons pris les directions que des frères et des sœurs dans la foi nous ont aidés à découvrir.

Avec ces témoins, avec la prière et avec la lecture méditée des Écritures qui est devenue pour beaucoup un livre de vie, vous avez expérimenté que vous n’étiez pas seuls, livrés au hasard, que vous n’étiez pas seuls à porter tout le poids de votre existence. Vous avez découvert une présence qui vous accompagnait, un amour qui vous portait... Ce que vous pressentiez s’est révélé à vous avec un nom et un visage, « Emmanuel » Dieu est avec nous, Dieu est amour, Jésus, « Dieu sauve ».

Si vous avez cherché Dieu, n’oubliez pas ce que vous avez finalement découvert : c’est Lui le premier qui vous a cherchés. C’est lui le premier qui vous connaît et vous aime. Il n’a cessé de frapper à votre porte pour faire alliance avec vous et vous faire découvrir : Qui que tu sois, quelle que soit ta situation, tu es digne de la présence de Dieu, tu peux être sauvé par le Christ. Laisse-toi regarder par le Christ, car il t’aime.

Chers amis catéchumènes vous demandez à recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne. Je suis heureux de répondre à votre demande en vous adressant l’appel décisif à devenir chrétiens. Vous le deviendrez par votre engagement, par votre conversion, par votre acte de foi et aussi par les sacrements qui célèbrent et mettent en œuvre l’engagement de Dieu pour vous.

  • Vous décidez de lier, de greffer vos vies d’homme ou de femme, à Dieu. Non pas n’importe quelle idée ou image de Dieu, mais ce Dieu proche qui nous aime, comme l’évoque beaucoup de vos lettres.
  • Vous décidez, pour mener vos vies d’homme et de femme, de prendre appui sur Celui dont la vie et le message sont la Parole et le Visage même de Dieu, qui se penche vers nous et s’approche de nous jusqu’à se faire l’un d’entre nous. Au cœur même de la haine et de la violence qui se déchaînent sur lui, l’innocent, Il nous aime jusqu’à l’extrême en retournant la situation ce n’est pas vous qui prenez ma vie, c’est moi qui la donne.
  • Vous décidez d’être des disciples de Jésus le Christ, vrai Dieu et vrai homme, notre Seigneur et notre frère. La vie des baptisés, des disciples du Christ ne peut se déployer et durer sans cultiver une véritable amitié avec le Christ, sans lui parler pour pouvoir en parler. La question que Jésus ressuscité pose à l’apôtre Pierre demeure d’actualité pour chacun d’entre nous : est-ce que tu m’aimes ?

L’aventure de la foi n’est pas l’absence d’obscurités, de questions ou de doutes. La foi n’est pas un système complexe d’affirmations doctrinales. La foi est cette découverte que, désormais, je ne peux pas vivre sans le Seigneur Jésus-Christ, sans m’appuyer sur Lui, sans fonder ma vie sur Lui, mon Seigneur et mon Dieu, le roc solide permettant de tenir dans le combat ou la tentation.

Vous le savez, poussés par l’Esprit, vous vous êtes mis en marche, pour vous convertir, changer des comportements. Vos accompagnateurs m’en ont témoigné. Poursuivez ce chemin tout au long du carême, vivez en demandant à Dieu son Esprit. Il nous entraîne sans nous forcer mais sans se lasser. Cet Esprit vous le recevrez dans les sacrements de l’initiation chrétienne. Demandez que l’Esprit-Saint ne cesse de vous entraîner vers Dieu, vers les autres, vers notre propre cœur, vers le bien, vers la vérité, vers la paix.

Jésus est ressuscité, cela signifie que la violence, l’injustice, le péché pourtant bien présent et la mort elle-même n’ont pas le dernier mot sur nos vies. Alors il faut s’y mettre pour poursuivre notre apprentissage des manières d’être et de faire du Christ qui nous appelle à marcher à sa suite. Cela ne va pas de soi, ne va pas tout seul. Nous le savons tous d’expérience, il est dans notre vie d’autres poussées que celle de l’Esprit. Ces « poussées » se produisent comme dans ces tentations de Jésus au désert. Tentation de faire le mal, de prendre des chemins de mort, de faux raccourcis. Les tentations de Jésus au désert sont aussi les nôtres, catéchumènes et baptisés.

  • Tentation de nous faire croire que « le mal » c’est finalement notre bien. Que le mal ce n’est pas si mal et que tout le monde le fait.
  • Tentation de "c’est à nous de décider de tout" sans accueillir la loi d’alliance de Dieu. Tentation de croire que se référer à une Loi venant de Dieu nous fait perdre notre liberté. Comme si dire oui nous rendait moins libres que de dire non.
  • Tentation de nous laisser entendre que la facilité et le paraître sont la porte du bonheur.

Dans l’évangile de ce jour, Jésus ne se laisse pas dominer par les tentations. Il sait renoncer à une nourriture miraculeuse, à la gloire et au pouvoir. Par ses réactions, il nous dit :

  • Les hommes vivent vraiment en se nourrissant de la parole d’alliance.
  • Les hommes vivent vraiment quand ils exercent tout pouvoir comme une domination mais comme un service.
  • Les hommes vivent vraiment quand ils sont préoccupés non de paraître mais d’être et de vivre en enfants de Dieu, de vivre une vie donnée.

Lors de votre baptême, vous exprimerez ce choix vital qui fait se détourner d’autres manières de vivre. Avant la profession de foi qui sera un « oui » à l’action de l’Esprit et à la vie selon l’Esprit en vous, il y aura aussi sous l’action de l’Esprit saint la renonciation au mal à « l’emprise du péché et à ce qui conduit au mal ».

Chers catéchumènes, votre présence, votre demande du baptême, vient raviver chez votre évêque et tous les baptisés qui vous entourent, le don de l’Esprit-Saint que nous avons reçu pour nous donner davantage à la prière, témoigner davantage d’amour pour le prochain et renouveler notre fidélité aux sacrements qui nous ont fait renaître.

Amen

Télécharger l’homélie

Mgr Michel Pansard

Chemins de résurrection en prison
Témoignage de Danièle Ribier
La Croix